Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

2 Commentaires

5 bonnes raisons d’être croqué par Teen Wolf

5 bonnes raisons d’être croqué par Teen Wolf
Charlotte Calignac

C’est l’été, et c’est la dèche sérielle. Et dites donc, c’est dur (passer d’une moyenne de 12 épisodes par semaine à trois, faut un temps d’adaptation). Alors ok, c’est le moment idéal pour rattraper les séries qu’on ne voulait pas suivre en live, mais c’est aussi un moment super chouette: le moment des séries de l’été.

Ça fait maintenant quatre étés (et un peu l’hiver, parce que MTV est bizarre) que j’ai dix épisodes qui me font me bidonner de rire, me gratter la tête avec perplexité, et monter les larmes aux yeux aussi parfois.

Cette série, c’est Teen Wolf, et si comme moi vous ne savez plus quoi faire de vous l’été (avoir une vie sociale ? Faire des jeux de société avec des gens ? INTERAGIR ? NON !!!), je vous conseille cette petite série qui ne vaut pas grand-chose mais qui distrait.

Voici cinq bonnes raisons de regarder Teen Wolf (y a sûrement 10 bonnes raisons de ne pas la regarder, mais ce serait dommage de passer à côté non ?)

RAISON N°1 : La série a un générique très cool

Ouais, un vrai générique. Pas juste un carton avec le titre de la série dans une police téléchargée sur Google Font avec une petite animation histoire de dire on a bossé. Pas non plus comme celui des années 90 où on reprend les moments où l’actrice principale lève la tête, les cheveux dans le vent. Non, là on a un générique qui change toutes les saisons, avec des ralentis marrant, des adolescents suspendus dans les airs, de la musique entraînante qui met direct dans l’ambiance, et des effets de style qui montrent qu’ils ont acheté leur licence After Effect. J’ai l’air sarcastique, mais j’aime énormément ce générique, et j’ai limite envie de le mettre en boucle parfois.

RAISON N°2 : La série est drôle !

La série repose en grande partie sur un héros adolescent pas super fute-fute et son meilleur ami hilarant (interprété par le brillant Dylan O’Brien). Les répliques fusent, la série se prend très peu au sérieux et reconnaît le ridicule de nombreuses situations ce qui participe à la rendre attachante en plus d’être distrayante.

RAISON N°3 : C’est très gay friendly

De mémoire (faillible), Teen Wolf est la seule série avec un ou plusieurs personnages adolescents gays qui non seulement n’ont pas besoin de sortir du placard, mais sont parfaitement acceptés par leurs meilleurs amis masculins. Aucune tension entre hétéros et homos, même torses nus dans les douches, pas de réflexions désagréables…

RAISON N°4 : C’est émouvant

La saison 3 est particulièrement émouvante. Au-delà des scènes romantiques qui sont étonnamment crédibles en terme de relations entre adolescents et des ruptures, des thèmes comme l’abandon, la solitude, la sensation de ne pas avoir sa place sont abordés de façon sinon originale au moins assez mâture dans des storylines qui restent intéressantes. Deux moments m’auront marqué : le fait que les scénaristes aient abordé la question de la maladie mentale et physique qui peut entraîner la mort, s’en servant pour renforcer la relation entre le héros et son meilleur ami ; et une conversation entre le héros et sa mère après la rupture du Couple Doré où sa mère lui dit que malgré l’impression qu’il a de ne jamais pouvoir ressentir cette sensation de premier amour à nouveau, il a tort. Dans une série pour ado, entendre quelqu’un admettre qu’on n’épouse pas son copain ou sa copine de lycée dans 100% des cas est un message assez peu entendu. Là c’était plutôt bien fait.

Teen-Wolf-Season-3

RAISON N°5 : Les séquences d’horreur sont réussies

Teen Wolf est une série de loups-garous (donc de la science-fiction ? de la fantasy ?) qui s’inspire énormément des films d’horreur, et en 4 saisons, de nombreux hommages aux variantes de ce genre sont rendus avec une grande efficacité. Musique, lumières, plans, ralentis, la réalisation comme l’interprétation montrent sont une assez chouette réussite tout en jouant sur les clichés. Dans une série pour ados, encore une fois, c’est assez rare pour être salué.

Teen Wolf, c’est pas The Good Wife ou The Wire, ça ne vous fera pas réfléchir sur des questions d’éthique ou même sur là où vous en êtes dans votre vie. Mais ça vous fera passer 40 minutes marrantes pendant lesquelles vous vous demanderez régulièrement si vous venez bien de voir ce que vous avez vu, et ce que fument les scénaristes (je n’ai la réponse à aucune de ces questions).

On est en août, que voulez-vous de plus?

Crédits: MTV

  • fenriss

    Entièrement d’accords. Je suis la série avec assiduité depuis le début malgré un pilote un peu bancal. Et je ne regrette vraiment rien, la série n’a pas baissé en qualité, loin de là, et ils arrivent toujours à me surprendre. Pour moi, c’est, à l’heure actuelle, ce qui s’approche le plus de « buffy contre les vampires » à l’époque.

  • Odrel

    Je suis normalement plus que dubitatif vis à vis de ce genre de série. Alors que je cherchais quelque chose à regarder je suis tombé dessus sur Netflix après avoir lu l’article et j’ai décidé de tester.

    Malgré mon aversion profonde pour toutes les séries ou films de type vampire/loup garou/bizarreries surnaturelles pseudo-romantiques j’ai adoré la série. La saison 1 fut vraiment une surprise immense et j’ai passé un moment fantastique. Je regarde la saison 3 en ce moment et je trouve que la série a un peu perdue d’une atmosphère très équilibrée entre l’horreur, le suspense et les banalités de la vie de lycéen qui participent à détendre l’atmosphère.

    L’ensemble est prenant, varié, surprenant, ne se noie pas dans la naïveté habituelle de ce genre de séries et tire son épingle du jeu par un scénario qui reste suffisamment éloigné des standards du genre pour être original sans perdre son sens.

    Je recommande vraiment cette série à tous (pas seulement aux ados naïfs) comme un vrai moment d’évasion, de rêveries, de suspense, d’émotions positives et parfois d’une peur justement dosée. Un cocktail passionnant dans un fantastique format de 42 minutes à consommer sans modération.