Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Un Commentaire

Zak saison 4: En route pour l’Eurovision

Zak saison 4: En route pour l’Eurovision
Alexandre LETREN

La review

LA SAISON
6
LE CASTING
7
LE SCENARIO
6
6.3

EFFICACE

La surprise de la saison 3 n'opère plus mais la série reste cependant efficace

C’est ce lundi 11 novembre que OCS lance l’ultime saison de Zak, son mocumentary sur la vie d’un chanteur de R’N’B légèrement ringard que campe à merveille Arthur Benzaquen.
Dans la saison 1, la série adoptait le format de la shortcom; dans la saison 3 (oui pas de saison 2 suite au décès de Mme Germain, 85 ans, grand amour de Zak!!!), Zak compte 20 épisodes de 15 minutes; enfin, dans cette saison 4, ce sont 10 épisodes de 26 minutes qui terminent la série. 

Retrouvez Zak saison 3: « D’Artagnan The Musical »

En pleine recherche du thème de leur prochaine comédie musicale…Zak décide de se présenter à l’Eurovision pour venger Sébastien Tellier. Problème: Alexis, la rivale, décide aussi de présenter son propre candidat pour représenter la France…Que la bataille commence!

Zak est une série que l’on prend plaisir à retrouver car fonctionnant beaucoup sur un esprit de troupe et sur un humour de potes. Dans cette nouvelle saison, l’aspect mocumentary est bien entendu toujours présent mais se trouve renforcé par la présence dans le studio de caméras de surveillance…installées par Zak lui même à l’insu de tous. Zak est d’ailleurs plus en retrait cette saison, Arthur Benzaquen endossant cette année la casquette de réalisateur. Cette présence un peu diminuée permet aux autres personnages de prendre encore plus de place, de vie dans la série, une très bonne chose en soi. Je citerai à ce titre mes deux personnages/comédiens fétiches dans la série, toujours les mêmes depuis le début: Rébecca Azan, toujours délicieusement ingénue et qui va une nouvelle fois prendre cher, ainsi que Nader Boussandel (Prosper), toujours juste dans son rôle de « tronpa« . Ne manquez pas d’ailleurs avec Prosper l’épisode dans l’ambassade d’Israël qui prouve qu’avec du talent, on peut rire de pas mal de choses.

zak4 2

En comparaison des deux saisons précédentes, les guests sont bien moins présents…et ce n’est pas plus mal, la série parvenant à montrer sans peine qu’elle existe très bien sans une surabondance d’invités. Dans cette saison, si certains savent tirer leur épingle du jeu comme Lorie qui se voit offrir « un rôle » véritablement à contre-emploi, d’autres relèvent plus gadget et de l’humour facile comme Kev Adams.

Comme dans les saisons passées, l’humour demeure efficace, drôle, mais très inégal. C’est un humour potache, qui fonctionne beaucoup selon la personnalité qui le porte.
Malheureusement, Zak est toujours enfermé dans le même registre, une situation d’autant plus dommage que je suis certains que Arthur Benzaquen pourrait lui offrir bien plus.

zak4 1

Mais ne boudons pas notre plaisir, Zak is back et on est très content. Seule une question demeure: pourquoi la série s’arrête-t-elle déjà après 3 petites saisons alors qu’elle a sans aucun doute encore pas mal de potentiel? Une décision d’autant plus surprenante que OCS est en train de réellement lancer son label OCS Signatures et que la présence de marques fortes est un facteur important...



Crédits: © Daniel Tordjman/Fabrice Laffont